Slowliving

Et si on changeait ?

Ca commence à faire un bon bout de temps que j’ai rien publié – alors j’entends déjà des gonzes dire « oui tu vois la meuf elle a commencé son blog en arrêtant de bouffer plein de trucs et maintenant elle regrette, elle a repris le coca zéro et les pizzas en intraveineuse et elle sait pas comment l’annoncer ». Et bien non, pas du tout – j’ai fêté cet été mon premier anniversaire paléo 🙂 Une première super année même. Pour la première fois de ma vie j’ai arrêté le yoyo sur la balance, j’ai définitivement viré le spasfon et le citrate de ma pharmacie (et tellement d’autres médocs), et je me sens surtout bien dans ma tête et dans ma vie en général. J’ai trouvé mon équilibre pour avoir suffisamment de ressources pour mes séances de sport, et à la fois pour ne pas stocker les bourlitos à côté. Aujourd’hui, je n’impose pas le sans gluten à mes enfants – ils le supportent bien, mais je diminue un peu la dose. Toute la famille va dans le même sens, et ça, ça fait bien plaisir 🙂

Quand on n’est pas posé ni à l’écoute de ses besoins, que l’on est empli de stress et de tensions, on ne peut être que fermé aux autres. Par contre, quand on a trouvé le bien-être personnel, on est beaucoup plus attentif à son entourage et à son environnement : c’est le happy package. Le hasard, ou une bonne fée, nous a fait tomber sur une incroyabilité (on va dire que ce mot existe – je trouve pas d’équivoque assez puissant) qui a profondément changé notre façon de voir les choses.

Cet été il s’est donc passé quelque chose de très fort pour nous. Je dis bien pour nous, parce que l’homme et moi avons été touché de la même façon. Dans la même semaine, nous avons découvert le film « Demain » et le livre « La famille (presque) zéro déchet  » .

Bam. Dans ta gueule.

film-demain-850x350

D’abord le film. On est tombé dessus un soir comme ça, l’air de rien. Et puis on a été captivé – viscéralement parlant. La bouche ouverte, le coeur qui se sert, les yeux qui arrêtent de cligner. Le choc. Ou plutôt la révélation. Enfin un film qui fait l’état de notre monde mais qui apporte des solutions simples et applicables par tous pour que notre avenir ne sente pas la merde. Parce qu’il faut se le dire, si on ne ne sort pas les doigts du cul, les enfants de nos enfants ne feront jamais de bonhomme de neige, Venise sera devenue une légende urbaine et l’ours polaire aura rejoint le dodo au livre des animaux qui ont été mais ne sont plus.

Donc à la fin du film, on est allé se coucher, et on a mis mille ans à s’endormir. Trop de choses s’agitaient dans notre tête. C’est comme si on venait de lever le rideau qu’on avait devant la gueule depuis des années. Et on a adoré. Adoré ce positivisme, cette leçon des quartiers très largement défavorisés qui font mille fois plus que nous, ces solutions monétaires complémentaires,  la découverte de la permaculture, cette version d’une éducation responsable qui a pour mission première de redonner confiance aux enfants. Bref, le super kiffe qui te donne tellement envie d’aller dans le même sens que tous ces gens.

Suite à ce film, j’ai foncé chez Mollat pour trouver des livres qui m’en dirait plus sur la permaculture (grosse révélation en découvrant dans le film la Ferme de Bellouin, le genre de révélation où tu te dis« mais on est vraiment trop con ! pourquoi on fait pas tous ça !? »). Donc je flânais dans les allées de la librairie et je tombe par hasard sur le livre de Bénédicte Moret et Jérome Pichon « La Famille (presque) zéro déchet ». Le guide d’une famille normale de la vraie vie avec des vrais métiers et tout et tout (pas des hippies vivant au fin fond du Larzac d’amour et d’eau fraîche) pour passer à un mode de vie sans déchet. La couverture étant fun et colorée (elle gère la Bénédicte, en plus d’être une super meuf et une super maman, elle est une super illustratrice) et ben il m’a donné trop envie ce livre. Je l’ai vite fait feuilleté et je l’ai acheté, et mangé dans le we (ce qui pour moi est un exploit, avant je mettais juste 15 ans à lire un bouquin).

51pv3ffbhzl

Donc arrive le 2e claque dans ta gueule. Re-bam. Et Bim. Encore une fois je me dis « mais on est vraiment trop con ! pourquoi on fait pas tous ça !? ». Ce livre est juste génial, et au même titre que le film « Demain » devrait être au programme de toutes les écoles. Le ton est drôle et absolument pas moralisateur (à découvrir aussi leur blog). On se rend compte de plein de trucs, par exemple toi t’es trop content et surtout fier parce que tu mets ton carton dans la poubelle verte et le verre dans le container ? C’est super, mais est-ce que tu te rends compte de la pollution qu’engendre le recyclage de ces matériaux ? Ben non pas vraiment. Est-ce que tu sais vraiment que ta poubelle noire elle est brûlée ou enterrée ? Ben non (et tu t’en fous un peu aussi). Et franchement, quand tu prends conscience de tout ça et de tout ce qui est expliqué dans ce bouquin, et ben tu vois plus les choses de la même façon. Impossible. Et le truc génial, c’est que la famille zéro déchet t’explique de manière très claire un truc : eux sont au super high level du truc, mais si toi, padawan du zéro déchet, tu fais déjà un seul truc de tout ce qui est proposé, ce sera un premier pas. Si tu te bouges un peu plus, ce sera vraiment top. Et si tous les padawans se secouent la couenne, là ça commencera à avoir de la gueule.

Ces deux travaux ont ouvert la porte à des milliers de questions chez nous. Quoi faire ? Comment faire ? Comment les choses se passent vraiment ? Depuis on dévore des films, reportages pour comprendre les choses. A vous conseiller entre autres « Nos enfants nous accuseront », « Des abeilles et des hommes » ou plus récemment « Before the flood », et on a également redécouvert les magazines « Cash Investigation ». Une question en appelle une autre, on est jamais rassasié.

On s’est aperçus qu’on était totalement dans l’ignorance de l’impact de nos vies de trop la cool la vie. Mais après tout ça, tu te rends compte d’un truc primordial : changer nos habitudes est aujourd’hui une obligation, et non une option.

Il y a 2 ans, cette découverte ne nous aurait pas touché à ce point.

En commençant à manger paléo, on a déjà eu cette démarche l’année dernière d’arrêter de bouffer de la merde pour respecter notre corps. On a vu rapidement  les résultats, le bien-être ressenti. C’est donc pour nous une continuité logique : arrêtons de faire bouffer de la merde à la planète si on veut qu’elle aille mieux et que nos arrières petits fils puissent encore écrire leur prénom en faisant pipi dans la neige.

Alors dans un prochain post, je vous expliquerai comment on a mis super facilement en place des plans d’actions à la maison, et réduit de 50% nos déchets en moins de 3 mois, finger in the nose.

En attendant les copains, on dévore le bouquin « La Famille (presque) zéro déchets » et on loue le film « Demain » !

Recettes paléo Régime Paléo

RECETTE paléo : Omelette miel & chocolat

Salut les musclés ! Besoin de varier vos petits déjeuners mais pas envie de vous taper l’ami Ricorée ? Cette recette est donc pour vous 🙂 Super easy comme d’hab et vraiment, vraiment, vraiment, vraiment trop bonne. Par contre c’est addictif, donc attention, vous risquez d’investir très vite dans un poulailler (ils ont des super poules avec des moon-boots chez Truffaut Mérignac si ça vous branche).

 

omelette-sucree-choco

OMELETTE sucrée miel chocolat (2 personnes) :

  • 4 oeufs
  • 50 g lait de coco
  • 2 cuillères à soupe de miel
  • 40g de chocolat noir à 80%
  • huile de coco

 

Dans un grand saladier, on bat les 4 oeufs puis on y ajoute, le lait de coco, le miel et le chocolat noir que l’on a préalablement coupé en tous petits morceaux.

On fait chauffer une noix d’huile de coco dans une poêle moyenne, puis on y ajoute la préparation. On fait cuire à feu doux pour ne pas brûler le dessous de l’omelette.

On ne retourne pas la préparation, par contre, on fait de petites fentes au cours de la cuisson pour évacuer le liquide et aider à la cuisson.

Pour le service, je la coupe en deux dans ma poêle (avec une spatule en plastique, pas au couteau bêta) puis je replie chaque partie sur elle-même (comme sur la photo, ça ressemble à une crêpe). L’omelette tient ainsi sur ma spatule et je peux la servir joliment dans une assiette :).

Juste divin avec une pomme ou une banane fraîche coupée en tranches !

=============================

Pour charger le pdf de la recette, c’est ici !

Recettes paléo Régime Paléo

RECETTE paléo : Gaufre épinards sarrasin

Alors là les copains, je vous cueille ce vendredi soir avec une recette qui déchire, 100% paléo, et qui plus est, est simplissime. Je m’éclate toujours autant avec le gaufrier que le papa Noël m’a offert, et les gaufres salées font parties de mes tests actuels 🙂 Ici, une nouveauté hyper croustillante (plus que les sucrées !) : la recette aux épinards frais et farine de blé noir. Et ça claque, c’est moi qui te le dis ! Je l’ai associé hier à un oeuf poché et une salade d’épinards frais aux shitaké poêlés… Vraiment super yummy.

Allez, je vous laisse tester, pendant ce temps je prépare la reconversion de gaufres restantes en tapas apéritives 🙂 hahaha

 

gaufre_epinards_sarrasin

GAUFRES épinards sarrasin (6 gaufres) :

  • 125g d’épinards frais
  • 125g de poudre d’amande
  • 125g de farine de sarrasin
  • 1 oeuf
  • 2 cuillères à soupe de lait de coco
  • 1 cuillère à café de bicarbonate alimentaire
  • 250 ml d’eau

Attention, grosse grosse préparation… vous êtes prêts ?

Alors on met tout dans un mixeur et on appuie sur le bouton. Quand le mélange est homogène et relativement lisse, et ben c’est prêt 🙂

On dépose une louche par plaque dans votre gaufrier préalablement chauffé et on patiente le temps de la cuisson. 

Balaise la recette hein ?

=============================

Pour charger le pdf de la recette, c’est ici !

Recettes paléo Régime Paléo

RECETTE paléo : Gâteau banane chocolat et miel :)

La voilàààà ! La super recette de gâteau 100% énergie inspirée du livre de Julien Venesson « L’assiette Paléo ». Alors aujourd’hui, pas de chichi, pas de blabla d’intro, on embraye direct avec cette délicieuse recette qui vous donnera une super patate pour la journée 🙂

gateau miel chocolat

GATEAU banane chocolat et miel (6 parts) :

  • 3 bananes
  • 3 oeufs
  • 50g de miel
  • 100g de farine de châtaigne
  • 50g de poudre d’amande
  • 1 citron pressé
  • 1 cuillère à café de bicarbonate alimentaire
  • 100g de chocolat noir à minimum 80%

On préchauffe le four à 200°.

On sépare les blancs des jaunes des oeufs et on monte les blancs en neige.

Dans un saladier, on écrase à la fourchette les bananes et on les mélange au miel et aux jaunes d’oeufs. On ajoute le jus de citron, la farine, la poudre d’amande, le bicarbonate et le chocolat qu’on aura préalablement coupé en petits morceaux. 

On incorpore ensuite les blancs en neige, on mélange doucement en essayant de ne pas trop les casser.

La préparation est prête ! On la verse dans un moule rond en silicone et on enfourne environ 20 mn.

=============================

Pour charger le pdf de la recette, c’est ici !

Recettes paléo Régime Paléo

RECETTE paléo fastoche en 4 : Dinde épicée au chou chinois

Lundi dernier je me suis vautrée comme une grosse merde devant mon boulot. Tu sais dans les dessins animés quand le personnage glisse sur une peau de banane et se rétame avec les jambes en avant ? Et ben c’était moi, mais sans la banane. Dis comme ça, on a envie de rire hein ? Et ben je vous promets que vous auriez été là et ben vous auriez pas ri. Enfin j’espère. C’était d’une violence, je suis tombée de tout mon poids sur le cul. Pas la partie rembourrée du cul, non non, celle où tu n’as que la peau sur les os (ironiquement c’est d’ailleurs la seule partie de ton corps à être dans ce cas). Bref, j’ai cru m’être pétée le coccyx (je me voyais déjà devoir bosser assise sur une bouée Winnie l’Ourson) mais au final il s’avèrerait que c’est juste un super gros hématome de sa mère en short (bien que la médecine reste très approximative sur les blessures à cet endroit du corps). Du coup, direction l’ostéo. Le mien étant absent, j’ai hésité à aller voir celui de mes copines, celui dont elles me parlent depuis deeeeeessss ploooommmmbbees parce qu’il est trooooppppp beeeaaauuu et troooopppp gentiiilll et trooooppp chaaaarrrmaaannt. Mais avant de prendre rdv j’ai cherché des trucs sur Google sur les coccyx fêlés (je sais, je sais, il ne faut JAMAIS aller sur Google pour chercher des infos médicales), et comme j’ai vu qu’un toucher rectal pouvait être parfois nécessaire, j’ai décidé que ce n’était peut-être pas l’occasion parfaite pour faire connaissance avec l’ostéo Mamour. J’ai été voir la remplaçante de mon médecin attitré qui ne m’a rien fait du genre si vous voulez tout savoir. Bref, voilà donc comment a commencé ma semaine, reprise scolaire qui plus est, sympa quoi.

Au delà de la douleur et d’avoir l’impression de marcher comme John Wayne, le truc bien relou c’est que j’ai gagné le droit de ne plus faire de sport tant que mon sacrum est dense (facile à évaluer non ? c’est ça qui est chouette avec le sacrum, c’est qu’il te dit tous les matins au réveil s’il est dense ou pas).

Là précisément vous vous demandez quel est le rapport avec le blog ? et ben le rapport il est que du coup, mes heures de sport de la semaine se sont transformées en heures passées sur mon ordi durant lesquelles j’ai enfin pu réaliser des pdf de toutes les recettes que vous pourrez retrouver en bas de chaque article ! Et oui, tout ça pour ça 🙂

Et bonus, me revoilou avec la deuxième recette du blog sur le thème « Recette paléo fastoche en 4 ingrédients ». La première vous a bien plu, j’espère qu’il en sera autant avec celle-ci !

4 dinde chou chinois

DINDE épicée au chou chinois (2 parts) :

  • 200g de filet de dinde
  • 100ml de lait de coco
  • 1 chou chinois
  • 1 cuillère à soupe de curry (ça marche aussi très bien avec du curcuma !) + 1 cuillère à café de gingembre en poudre (et/ou de coriandre 🙂

 

Première étape : on taille les filets de dinde en cubes que l’on met ensuite dans un bol avec le curry. On les enveloppe bien et on place le bol au frigo quelques minutes.

On en profite alors pour bien rincer le chou chinois et pour le détailler en lanières. On fait chauffer le lait de coco et le gingembre dans un wok et on y met les lanières de chou. On fait cuire à feu doux une quinzaine de minutes en remuant régulièrement afin que le chou soit bien cuit (il apparait comme légèrement translucide).

Pendant ce temps, on fait cuire les dès de dinde dans une poêle bien chaude une petite dizaine de minutes (à ajuster selon la taille de vos morceaux de dinde). La viande doit être dorée mais pas trop sèche !

On sert l’ensemble dans une assiette creuse ou un bol japonais afin de profiter de la sauce coco du chou 🙂 Et si vous avez une séance de sport prévu en suivant ou si au contraire vous en revenez, pensez à rajouter du riz !

Enjoy 🙂

=============================

Pour charger le pdf de la recette, c’est ici !

Recettes paléo Régime Paléo

RECETTE paléo fastoche en 4 : Sarrasin aux champignons, lardons & oeuf au plat

Bon, faut pas se mentir, j’arrive plus à faire autant de recettes un peu cossues qu’au lancement du blog quand j’étais en congés mat, et les prises de vue chiadées passent elles aussi à la trape… faute de temps oblige, deux lardons super actifs ça occupe. Mais c’est pas pour autant que je ne cuisine plus, que nenni ! D’ailleurs, vous pouvez suivre les menus de la smala sur Instagram, vous verrez que je vous mitonne pas comme ça (je vous vois venir !). BREF – Du coup je comptais inaugurer une nouvelle rubrique dans le blog des recettes super fastoches (les autres étaient pas non plus méga compliquées vous me direz) en seulement 4 ingrédients (sans compter les épices faut pas déconner non plus). Et validées par le grand lardon ! Le mien, pas celui de la recette – je sais, ça peut devenir difficile à suivre quand on appelle son enfant le lardon et qu’on tient un blog culinaire.

On va donc attaquer cette nouveauté avec en base le sarrasin que j’ai découvert sous cette forme il y a quelques semaines, et franchement ça claque grave du slip. C’est hyper simple à préparer, quasi inratable et le goût est juste divin. A chaque bouchée je me retrouve transportée en Bretagne entre le loup, le renard et la belette (sans Nolwenn Le Roy par contre, merci du cadeau). Du coup, pour exacerber le côté galette bretonne, je continue de l’associer à du jambon/des lardons, de l’oeuf et des champignons. Kiff suprême. Et toujours sans Nolwenn.

Cette recette 100% paléo constitue un bon repas patator en vue d’une séance de sport bien dégoulinante comme on aime (avant pour se charger ou après pour la récup).

4 sarrasin

SARRASIN aux champignons, lardons et oeuf au plat (1 part) :

  • 60g de sarrasin (un peu plus selon votre activité physique de la journée)
  • 100g de champignons frais
  • 75g de lardons bio
  • 1 oeuf
  • 1 pincée de sel
  • herbes de provence
  • huile de coco

 

On commence par rincer le sarrasin à l’eau froide. On le plonge ensuite dans 2 fois son volume d’eau bouillante, et en route pour 10 mn de cuisson.

On émince les champignons en tranches fines, et on les fait revenir dans une grande poêle avec un peu d’huile de coco, 10 mn à feu doux afin de ne pas les agresser (c’est fragile un champignon :). Si ceux-ci ont rendu de l’eau, évacuez-la avant d’y ajouter les lardons et des herbes de Provence (dosez selon votre goût).

Lorsque le sarrasin est cuit, on l’égoutte bien, puis on le mélange dans la poêle aux champignons et aux lardons. On augmente un peu le feu pour saisir l’ensemble du temps de la cuisson de l’oeuf au plat (je vous explique pas le coup de l’oeuf au plat si ? 😉

Et on sert le mélange au sarrasin avec l’oeuf joliment déposé sur le dessus, sur un lit de salade. C’est aussi super bon avec un oeuf poché.

Et voilou, 12 mn chrono… Bon appétit les gens !

=============================

Pour charger le pdf de la recette, c’est ici !

 

Healthy Recettes paléo Régime Paléo Sport

RECETTE paléo : Boisson de récupération naturelle

Une demi-heure après une séance de sport intense : c’est le moment crucial pour favoriser la réparation du muscle lésé par l’activité physique. C’est la récupération et on a souvent tendance à la zapper ! Après l’effort, il faut apporter en même temps à l’organisme des protéines et des glucides en vue de favoriser la « reconstruction » musculaire et ce dans les 30 minutes qui suivent l’entraînement.

La semaine dernière, je cherchais une boisson de récup naturelle pour me remettre de mes 21 km (et il m’en fallait pas une demi !). Et bien, j’ai pas trouvé grand chose dans le commerce qui ne me fasse pas peur ! Regardez-moi cet exemple : fructose, lait écrémé en poudre, protéines de lait, sirop de glucose déshydraté, maltodextrines, protéines de lactosérum (émulsifiant : lécithines) (lait), bicarbonate de sodium, blanc d’oeuf en poudre, citrate trisodique, arômes, sel, carbonate de magnésium, épaississant : gomme guar, carbonate de potassium, antiagglomérant : dioxyde de silicium, vitamine B1 (thiamine).  Ca vous fait pas flipper ? Ben moi si, grave. Dans cette liste, il y a au moins 5 termes que je ne comprends pas et que je n’ai même jamais entendu.

Du coup j’ai joué l’apprenti chimiste afin de réaliser une boisson naturelle et paléo qui m’aiderait à bien récupérer après l’effort. Que les choses soient claires, je réponds par anticipation : je ne suis pas diététicienne, nutritionniste ou coach sportif. J’aime juste bien bouffé et du coup teste beaucoup de produits pour voir ce qui marche/ne marche pas. Voici donc les ingrédients que j’ai sélectionné et le pourquoi eux et pas d’autres 🙂

  1. l’eau de coco : hyper désaltérante, elle constitue pour la moi la base parfaite (vous pourrez d’ailleurs jeter un coup d’oeil ici sur le debrief des produits de la famille coco). Elle a aussi des vertus anti-inflammatoires et anti-oxydantes, et elle nous aide à réhydrater notre organisme, car elle contient cinq électrolytes essentiels dont notre corps a besoin pour réguler sa température (pas mal non ?). Vous pouvez l’acheter en magasin bio, en épicerie asiatique (attention à la composition des produits dans ce type de magasins, il n’y a pas que du naturel 😉 et dans certains supermarchés classiques (Monoprix a la marque Innocents, vraiment très bonne – mais chère !).
  2. les graines de chia sont, entre autres, riches en protéines, sources d’anti-oxydants et participent à la régulation de la glycémie. Elles ne font cependant pas partie de l’alimentation paléo strict. En consommation trop régulière elles peuvent empêcher l’absorption de certains minéraux. Du coup, je m’en sers uniquement dans cette boisson et dans certains desserts. Elles s’achètent en magasin bio, perso j’en ai commandé sur ce site que j’aime beaucoup.
  3. le jus de banane et le sirop de coco : sources de glucides parfaites !
  4. jus de citron : pour le goût et son côté dépuratif pour le foie 🙂

Au final vous aurez une boisson hyper bonne en plus d’être efficace. Vendue ? 😉

boisson de recuperation

BOISSON de récupération naturelle (environ 500ml) :

  • 400 ml d’eau de coco
  • 100 ml de jus/purée de banane
  • 2 cuillères à soupe de graines de chia
  • le jus d’un petit citron vert
  • 1 cuillère de sirop de coco (ou de miel !)

 

Pour être au top, il faut préparer cette boisson en avance : les graines de chia ont besoin de temps pour gonfler afin que l’on obtienne la texture souhaitée !

Commencez par mettre les graines au fond d’une gourde ou d’une petite bouteille. Ajoutez l’eau de coco et secouez bien. On ajoute ensuite la purée de banane, le jus du citron et la cuillère de sirop de coco : on secoue encore, de bas et en haut et de gauche à droite 🙂 On laisse ensuite reposer au frigo (ou à température ambiante pas plus de 2h) avant de consommer !

Bon récup les copains !

PS : cette boisson n’empêche pas les courbatures, ampoules et autres joies de l’après sport 🙂

=============================

Pour charger le pdf de la recette, c’est ici !

Healthy Régime Paléo Sport

Running-paléo, parfait combo !

Ce week-end j’ai vécu l’évènement sportif le plus fou de ma vie : j’ai couru mon premier semi-marathon 🙂 Pouwahhhaaa !!!! Je m’étais en effet lancée ce défi un mois tout pile après avoir accouché du lardon. A l’époque, c’était une façon de m’imposer un plan d’entraînement pour retrouver ma forme d’avant baby, mais c’est vite devenu autre chose de plus personnel, plus viscéral. Après voir épluché des sites, des magazines spécialisés, je me suis préparée un planning hyper carré sur 8 semaines. Mon but : les 21 km en 2h. Le problème c’est que j’aime courir, mais pas que. J’aime le CrossFit, le TRX, le CrossTraining…. Du coup, j’ai fait beaucoup de sport, un peu de tout mais au final pas beaucoup de running… Alors à 1 mois du semi, je me suis mise un bon coup de pied au luc et je me suis refait un programme, tout aussi carré, avec mon loulou pour coach et surtout avec un objectif plus raisonnable et réaliste : courir mon semi à 10 km/h. C’est pas dingue hein, mais on s’en fout.

C’était donc parti pour une alternance de sorties longues et de fractionnés. J’ai dit aurevoir à ma salle de sport pendant 1 mois pour me concentrer sur du spécifique (même si je suis persuadée des bénéfices du renforcement musculaire fait avant cela en cours ! ça m’a permis de ne pas souffrir du tout musculairement le jour J). C’était aussi parti pour un programme alimentaire calé sur mes sorties et l’intensité de mes entrainements. J’ai lu encore une fois pas mal d’articles, et j’ai la chance d’avoir un loulou qui m’a beaucoup aidé pour essayer de trouver le parfait équilibre entre le paléo et les besoins de mon corps. Et c’est précisément sur ce point que je suis particulièrement ravie de mon expérience.

J’ai principalement constitué mes réserves énergétiques avec les glucides présents dans les fruits, le riz, les patates douces et la sarrasin. C’est vrai qu’on associe beaucoup l’alimentation paléo au CrossFit mais encore peu au running, et pourtant je peux garantir que c’est une alimentation parfaite pour la réalisation d’un semi-marathon ! Je n’ai manqué de rien, à aucun moment. 

J’ai fait de bons repas avant la course qui avait lieu à 19h (aucune nouvelle recette, ni nouvelle découverte, c’est pas le moment de tester). Encas 100% naturel 3h avant : rawbarre et banane. Puis 1h30 avant, une nouvelle mais plus petite rawbarre et une datte medjoul premium. Dernier encas 45 mn avant, une deuxième datte. Pas de boisson d’attente ou énergétique durant la course, juste de l’eau minérale. Je connaissais tous ces aliments, je les ai donc parfaitement digéré et assimilé et je suis partie légère et motivée comme jamais, sans stress. Il y avait une super organisation et un super choix sur les ravitaillements, quelques gorgées d’eau au 10 et 15 km accompagnées d’un tiers de banane. Parfait.

Nullement besoin donc de gâteau sport, de boisson d’attente, énergétique, de gel coup de fouet, antioxydant, ou autre produits aux ingrédients souvent imprononçables et très incertains pour bien préparer un semi. L’alimentation paléo s’y prête parfaitement (et sûrement d’autres équilibrages alimentaires !). Vous gagnerez en confort de digestion, en efficacité et tant qu’à faire vous économiserez facilement 30 balles au rayon des produits énergisants de votre magasin de sport. De même pour la récup, on oublie les boissons toutes faites et on opte pour un mélange maison eau de coco pimpée aux graines de chia (je vous donne vite la recette !).

J’ai pris un plaisir dingue sur ces 21 km, je n’ai eu aucun passage à vide, aucun coup de mou. Mon corps était une vraie machine, huilée, qui courait à allure constante parce qu’elle avait tout ce qui lui fallait pour bien avancer : des muscles préparés et renforcés, et un carburant sain et efficace. Je tenais mon plan de course avec fierté et satisfaction, les kilomètres défilaient, la ligne d’arrivée se rapprochait. Allez, les derniers 500m en sprint. Je repense à mes séances de fractionnés et j’accélère de plus en plus, mon plaisir explose : ça y est, j’ai passé la ligne. 2h08mn50s. Putain de ligne d’arrivée. Je l’ai fait mon semi. Poahwaaaaaa.

La dernière chose qui me fait dire que j’ai pris mon pied ? Je compte les jours de récup en faisant les yeux doux à mes baskets et je réfléchis déjà à ma prochaine course 😉

semimarathon2

Recettes paléo Régime Paléo

RECETTE : Brownies paléo

Bon, je crois qu’on peut dire que ça pue.. presque 2 mois sans articles… ça pue je sais, mais pour ma défense j’ai eu des semaines assez sport et je me suis faite littéralement happée par une faille spatio-temporelle. Une faille commandée par mes affreux, et le boulot, et le sport, et la vie quoi 🙂

Mais je reviens en grande forme les copains ! Pourquoi allez-vous me demander ? Et bien c’est très simple et ça se résume en quelques mots :

1/ je me suis remise à fond dans le sport et OMG qu’est-ce que ça fait plaisir ! Découverte du CrossFit et du CrossTraining, préparation de mon premier semi-marathon (J-22… caca mou !!!!), courbatures en barre… bref le bonheur quoi 🙂

2 / j’ai mis plein de trucs à plat dans ma vie de mama et de woman, j’ai décidé de dire fuck au stress inutile et de m’organiser pour être efficace

3 / il fait beau à nouveau, et ça c’est pas rien

4 /et pour terminer en lien avec ce blog, je suis un peu plus convaincue chaque jour des effets bénéfiques du régime paléo sur ma santé. Après 7 mois de pratique « sociale » (vous vous rappelez : 80 paleo / 20 autres) sans faille et sans frustration, je n’ai plus envie de coca zéro, plus envie de yaourt, plus envie de pâtisserie ou biscuits industriels, plus envie de plats préparés. Je cuisine avec plaisir tout ce que je mange, tous les jours. Pas des choses compliquées, mais des choses qui ont du goût et qui me font du bien. J’ai aussi découvert des marques qui font des produits ultra sains pour les jours où on a envie d’une collation différente ou un petit dej plus express, et je vous en parlerai très bientôt. Bref je kiffe ma paléo lifestyle 🙂

Le magazine Vital a fait un article assez chouette sur la Paléofood. Ils expliquent les grandes lignes des assiettes et mettent le doigt sur un truc super important : l’esprit original du régime est de miser sur la consommation riche de fruits et légumes frais, d’oléagineux, de bon gras et de protéines. La consommation de pâtisseries paléo fait plaisir parce qu’on mange des bons trucs, mais il faut savoir être raisonnable ! Parce que mine de rien, ça reste des recettes glucidiques, même avec un IG bas, alors on essaie mais on s’abonne pas 🙂

Voici donc la recette du jour à tester absolument mais pas quotidiennement sous peine de se retrouver avec le luc de Nicki Minaj, recette inspirée du génialissime livre de Vanessa Barajas « Clean eating with a dirty mind ».

 

brownies

BROWNIES paléo (environ 4 pièces) :

  • 100 g de chocolat noir à 85%
  • 40 g d’huile de coco
  • 20 g de poudre d’amande ou de noix de coco râpée
  • 75 g de sucre de coco
  • 1 poignée de noix
  • 1 oeuf
  • 1 pincée de sel
  • en option : 1 banane

 

On commence par faire préchauffer le four à 175°.

On coupe notre tablette de chocolat noir en carrés que l’on va faire fondre doucement au bain-marie avec l’huile de coco. On mélange bien l’ensemble et on réserve.

Dans un bol, on bat l’oeuf et on y ajoute le sucre de coco. Quand le mélange est bien homogène, on l’incorpore au chocolat fondu en mélangeant à nouveau très bien l’ensemble. Pour terminer, on ajoute la pourdre d’amande ou de noix de coco et une pincée de sel. Et on mélange encore 🙂

Dans un moule à cake, on verse la moitié de la préparation et on lisse bien l’ensemble grâce à une spatule en silicone ou à défaut une grande cuillère. Puis on casse les cerneaux de noix en 2 et on les répartit sur la pâte (si vous êtes gourmands, je vous conseille d’ajouter une banane coupée en rondelles très fines à cette étape en complément des noix :). On recouvre de la seconde partie de la préparation, on lisse à nouveau et on enfourne pour 15-20 minutes environ.

Pour bien faire les choses, il faut laisser les brownies 30 mn après cuisson à température ambiante, puis les passer 2 heures au réfrigérateur et on le coupe en carrés au moment de servir. Si vous êtes trop impatients, laissez juste tiédir et dégustez 🙂 

=============================

Pour charger le pdf de la recette, c’est ici !

brownies_banane

 

Recettes paléo Régime Paléo

RECETTE paléo : Petite quiche au thon, ciboulette et échalote

Depuis que j’ai vu le film « La Classe Américaine » genre en 2002, je suis incapable de dire le mot « quiche ». Systématiquement, il se transforme en « ouiche ». C’est un film assez confidentiel (c’est une façon de dire, ce film que personne n’a vu tellement il est improbable), reprenant un enchaînement de scènes de d’autres films doublées avec des voix de merde et des dialogues d’un autre monde. Bref, je suis fan. Et il y a donc cette fameuse scène sur la « Ouiche Lorraine » :

Sortie de son contexte, je vous l’accorde c’est très étrange. Mais dans la continuité du film, ça passe bizarrement très bien.

Re bref, aujourd’hui donc on parle de ouiche, mais pas lorraine, paléo, au thon, ciboulette et échalote. Une tuerie. Je me suis inspirée de la base de recette du site Paléo Régime que j’ai pimpé à ma sauce. Et ça donne donc ça, et vous verrez que la pâte feuilletée ne manque absolument pas, au contraire, la ouiche est plus digeste et l’amande lui donne un petit goût de reviens-y 🙂

PS : je n’ai pas pu intituler cette recette « petite ouiche au thon paléo » parce que niveau référencement c’est pourri. Il est évident que Google n’a pas vu « La Classe Américaine ». C’est bien connu, Google n’a pas d’humour.

————–

quiche-thon

QUICHE au thon, ciboulette et échalote (2 personnes) :

  • 20 g de farine de coco
  • 20 g de poudre d’amande
  • 15 g d’huile d’olive (oui oui des grammes)
  • 1 pincée de bicarbonate alimentaire
  • 3 oeufs
  • 100 g de thon naturel en boîte
  • 1 grosse échalote ciselée
  • de la ciboulette hâchée
  • 20 g de lait d’amande (oui oui des grammes)

 

Pour cette recette, j’ai utilisé 2 moules à tartelettes individuels. Si vous voulez faire une grosse ouiche pour 8 personnes, on multiplie tout ça par 4 (tu me suis là c’est bon ?).

Donc, on commence par préchauffer son four à 200 °.

On s’attaque à la pâte : on verse dans un bol la farine, la poudre d’amande, l’huile d’olive et le bicarbonate alimentaire. On mélange tout bien ensemble pour avoir une pâte qui ressemble à du crumble.

On graisse ses moules (pour ma part à l’huile de coco), et on repartit la pâte dans le fond en tassant bien afin d’en faire un tapis uniforme. On enfourne pour 4 minutes à blanc (si vous faites une grande ouiche, compter un peu plus).

Ensuite on prépare la garniture : on cisèle l’échalote et on la fait suer quelques minutes à la poêle jusqu’à ce qu’elle soit transparente. Dans un bol, on émiette le thon à la fourchette, puis on y ajoute les oeufs battus et le lait d’amande. On mélange l’ensemble, et on ajoute la ciboulette ciselée et l’échalote cuite.

Une fois la garniture prête, on la répartit dans les 2 moules puis on enfourne pour 18 minutes environ (toujours pareil, si vous faites une grande ouiche, compter un peu plus).

Et voilà, vos petites ouiches n’attendent plus qu’à être dégustées avec une salade de saison par exemple.

PS : sur cette base, on peut évidement faire une ouiche lorraine, ou encore une ouiche saumon poireau – très bonnes également 🙂

=============================

Pour charger le pdf de la recette, c’est ici !